Définition du Cycle d'exploitation

Le cycle d'exploitation est le temps nécessaire pour que les liquidités d'une entreprise soient investies dans ses activités et reviennent ensuite sur le compte de trésorerie de l'activité. C'est la somme des éléments suivants : le nombre de jours de vente en stock (365 jours/ratio de rotation des stocks), plus le délai moyen de recouvrement (365 jours/ratio de rotation des créances).

Pour résumer, le cycle d'exploitation correspond à la période de temps moyenne nécessaire à une structure pour effectuer une dépense initiale en espèces pour produire des biens, vendre les biens et recevoir des espèces des clients en échange des biens.

Définition du Cycle d'exploitation

Il est utile pour estimer le montant du fonds de roulement dont une entreprise aura besoin pour maintenir ou développer son activité. Il est aussi important pour classer l'actif et le passif à court terme.

Une société dont le cycle d'exploitation est extrêmement court a besoin de moins de liquidités pour maintenir ses activités et peut donc se développer tout en vendant avec des marges relativement faibles. À l'inverse, une structure peut avoir des marges importantes et pourtant avoir besoin de financements supplémentaires pour se développer, même à un rythme modeste. Si une entreprise est un revendeur, le cycle d'exploitation ne comprend pas le temps de production - il s'agit simplement de la date entre la sortie de fonds initiale et la date de réception des fonds du client.

Bon à savoir Une entreprise a généralement besoin d'un fonds de roulement lorsque son cycle d'exploitation est trop long.

Le cycle d’exploitation, caractéristiques et importance

Cycle d'exploitation

La bonne gestion de l’entreprise et la maîtrise du cycle d’exploitation vont de pair. Cette maîtrise de ce paramètre se reflète directement dans les états financiers de l’établissement commercial. Il exprime le temps moyen nécessaire entre la production des biens et/ou services et la vente de ceux-ci.

Dans le cas d’une société industrielle, il inclut le temps de production. Parallèlement, il détermine également le temps moyen nécessaire entre l’engagement des dépenses initiales pour la production des biens (ou prestations) et l’endossement des montants auprès des clients en échange des biens vendus et/ou des services rendus.

En outre, le cycle d’exploitation englobe l’ensemble des activités (productives, économiques et commerciales) quotidiennes au sein de la structure. La réalisation de ces activités repose sur l’exécution d’une série d’opérations (approvisionnement, production, commercialisation) qui va engendrer un flux monétaire par la suite. Autrement dit, il est à l’origine des dettes et des créances au sein de l’entreprise.

Il se caractérise également par l’absence de simultanéité entre les flux réels des opérations (approvisionnement en matières premières, utilisations de main d'œuvre, livraisons physiques, etc.) et les mouvements monétaires correspondants (paiement des fournisseurs, paiement de salaire, règlement des clients, etc.).

La durée du cycle d’exploitation impacte directement sur le flux de trésorerie. Une durée courte engendre une conversion de cash rapide. Inversement, s'il est plus long, il conduit généralement à un flux de conversion de la trésorerie relativement long. Ainsi, il est susceptible d’augmenter les risques de manque de liquidités dans la TPE ou PME.

Quel que soit le type d’entité commerciale, il est plus que nécessaire d’avoir la bonne estimation sur le montant du fonds de roulement pour maintenir ou développer son activité. Qu’il s’agisse d’une société industrielle, commerciale ou de service, le cycle d’exploitation offre un aperçu sur l'efficacité opérationnelle de l’entreprise. Il permet à la société d’avoir une estimation correcte sur son fonds de roulement. En effet, tout au long de cette période, la structure effectue différentes dépenses pour assurer la production de biens et/ou prestation avant de recevoir le montant correspondant à ces prestations de service ou de vente.

Les différentes phases du cycle d'exploitation et leur financement

Pour toute entreprise, quelles que soient sa taille et son activité, le cycle d’exploitation comporte généralement trois phases fondamentales, à savoir :

La phase d’approvisionnement

La phase d’approvisionnement se situe en amont du cycle d’exploitation. Dans cette première période, l’entreprise effectue ses premières dépenses, par exemple lorsqu’elle achète les matières premières (cas du secteur industriel) ou les marchandises (cas d’établissement de vente de marchandises). Dans la plupart des cas, ces matières premières et marchandises nécessitent un stockage, et cela représente également des coûts non négligeables. Pour avoir une efficacité accrue dans la phase d’approvisionnements, les dirigeants de la société négocient avec les fournisseurs à la fois sur le délai de règlement.

Pour obtenir des liquidités, la structure peut aussi faire appel au financement de commandes à travers l'affacturage en amont de la vente ou grâce au reverse factoring.

La phase de production

La phase de production se situe au milieu du cycle d’exploitation. Cette période se traduit par la mise en œuvre de processus visant à produire des biens à partir des matières premières. Pour les entreprises de prestation de services, cette phase correspond à la réalisation des services. Dans cette étape, la structure effectue également des dépenses pour faire fonctionner quotidiennement les unités de production.

L'étape de commercialisation

La phase de commercialisation se situe en aval du cycle d’exploitation. C’est le dernier palier avant de reprendre la partie d’approvisionnement pour un nouveau cycle. Cette étape inclut différentes opérations comme les campagnes marketing, la prospection ainsi que la vente effective. Tout comme les deux autres phases du cycle d’exploitation, l’entreprise dépense de l’argent durant la période de commercialisation. Cependant, cette étape est la seule où l'entité commerciale effectue des recettes.

Financement du cycle d’exploitation, les sources possibles

Chaque phase (approvisionnement, production et commercialisation) du cycle d'exploitation nécessite des financements. Cela sous-entend que l’entreprise doit disposer suffisamment de liquidités pour financer ces différentes phases. Si la structure décide de les financer en faisant mobiliser les ressources internes, elle doit prêter une attention particulière sur son cycle de conversion de la trésorerie. Dans ce cas, les dirigeants doivent être en mesure d’optimiser ce paramètre de conversion et renforcer la capacité de financement pour assurer les opérations de chaque phase. Plus ce cycle de conversion est court, plus la société augmente sa capacité financière. Pour un cycle de reconversion long, l’entreprise peut également prévoir des investissements à moyen et long terme pour financer les activités.

Si l’entité commerciale choisit de trouver des ressources externes pour financer les différentes opérations du cycle d’exploitation, différentes sources de financement peuvent être envisagées, à savoir :

L’affacturage

L’affacturage constitue une des solutions que les entreprises utilisent pour financer le cycle d’exploitation. Cette solution permet d’obtenir des liquidités avant même la date d’échéance convenue avec le client. Pour ce faire, le dirigeant transfère la propriété des créances commerciales à la société d’affacturage contre un règlement immédiat. Certes, la somme obtenue va être légèrement au-dessous de celle de la facture, par contre l'entité dispose au moment voulu la somme nécessaire pour financer les opérations du cycle d’exploitation.

L’escompte bancaire

L’escompte bancaire représente également un moyen rapide pour l’entreprise pour obtenir de la liquidité pour financer les opérations du cycle d'exploitation. La méthode de l’escompte bancaire consiste à faire avancer par la banque la somme facturée aux clients, déduit des intérêts débiteurs et des commissions de la banque. Cet effet de commerce affiche une étroite ressemblance à l’affacturage à quelques détails près; premièrement le fait d’être libre de céder ou non la facture à la banque et deuxièmement la possibilité de recours de la banque à l’encontre de la structure en cas de défaillance du client.

La facilité de caisse

Avec la facilité de caisse, la banque de la société accorde un découvert en compte. La banque fixe le montant maximum en fonction des besoins du commerce. Pour les entreprises dont le cycle de reconversion de la trésorerie est plus long, il est possible de recourir à une autorisation de découvert pour avoir accès à des crédits plus importants.

Le financement sur stock

Le financement sur stock permet d’obtenir du cash supplémentaire à partir du stock de la société. Pour cela, il faut faire appel à des établissements financiers spécialisés qui utilisent le matériel stocké comme garantie pour prêter de l'argent.

>
Bon à retenir La plupart des entreprises essaient de maintenir leur cycle d'exploitation à un an ou moins. Cela signifie qu'il faudrait à un détaillant une année entière pour vendre son stock. Selon le secteur d'activité, ce type de rotation des stocks peut être inacceptable. C'est pourquoi ce paramètre est important, car il détermine les flux de trésorerie. Si une société est capable de maintenir un cycle d'exploitation court, son flux de liquidités sera constant et l'entreprise n'aura pas de problèmes pour payer ses dettes à court terme. À l'inverse, s'il est long, cela signifie que les actifs courants ne sont pas transformés en liquidités très rapidement. En d'autres termes, les liquidités ne sont pas perçues très rapidement auprès des clients. Les activités dont le cycle d'exploitation est long doivent souvent emprunter auprès des banques afin de payer les dettes à court terme. Ces TPE ou PME sont souvent moins rentables en raison de ces emprunts supplémentaires.

Les facteurs influençant le cycle d'exploitation

Les facteurs suivants sont tous des facteurs qui influencent la durée du cycle d'exploitation :

  • Les délais de paiement accordés à l'entreprise par ses fournisseurs. Des délais de paiement plus longs raccourcissent ce paramétre, car la société peut retarder le paiement des liquidités.
  • La politique d'exécution des commandes, car un taux d'exécution initial supposé plus élevé augmente le montant des stocks disponibles, ce qui accroît le cycle d'exploitation.
  • La politique de crédit et les conditions de paiement connexes, car un crédit plus souple équivaut à un intervalle plus long avant que les clients ne paient, ce qui prolonge le délai d'exploitation.
  • Ainsi, plusieurs décisions de gestion (ou questions négociées avec les partenaires commerciaux) peuvent avoir un impact sur le cycle d'une structure. Idéalement, il devrait être aussi court que possible, afin de réduire les besoins de trésorerie de l'entreprise.
  • L'examen du cycle d'exploitation potentielle d'une activité acquise peut être particulièrement utile, car il peut révéler des moyens par lesquels l'acquéreur peut le modifier pour réduire les besoins de cash, ce qui peut compenser une partie ou la totalité de la mise de fonds nécessaire pour acheter l'établissement commercial acquis.
Comparez les solutions d'affacturage
Trouvez l'offre la moins chère du marché adaptée à votre entreprise

Définition et lexique sur l'affacturage



Le lexique édité par le site Affacturage.fr comprend des définitions originales protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur - 2021.