Définition d'une Titrisation

La titrisation est une pratique financière qui permet de transformer des créances ou des prêts en cours détenus par une entreprise ou une banque en titres financiers négociables par le biais d’une société financière spécialisée.

Ces titres financiers négociables sont proposés à des investisseurs. Ces titres correspondent au montant des créances visées. L’entreprise cède ses factures ou créances commerciales à un fonds spécialisé d'investisseurs contre le financement de ces dernières.

Ce fonds de créances se refinance en émettant des titres sur les marchés financiers auprès d’investisseurs. Par cette manoeuvre, l’entreprise va accroître ses lignes de financement, notamment sur le court terme, sans changer sa relation vis-à-vis de sa banque.

Titrisation

Financement grâce à la titrisation des créances

Dans le cadre d’une reprise ou création, l’entreprise manque de lignes de financement, la titrisation permettra d'augmenter les lignes de financement, en se joignant aux lignes bancaires déjà en place.

Avec ce type de solution, il est possible d'obtenir des lignes ente 30K€ à 800K€.

Les factures pour être financées doivent être fermes ou intermédiaires (situations de travaux).

Une grande organisation peut convertir ses créances en espèces en une seule fois en titrisant les créances. Cela signifie que les créances individuelles sont regroupées dans un nouveau titre, qui est ensuite vendu comme un instrument d'investissement. Une titrisation peut se traduire par un taux d'intérêt extrêmement bas pour l'entité émettrice, puisque les titres sont garantis par une forme liquide de garantie (c'est-à-dire des créances).

Malgré la complexité, la titrisation est tentante pour les raisons suivantes :

  • Coût des intérêts : le coût pour l'émetteur est faible, car son utilisation isole les créances de tout autre risque associé à l'entreprise. Même si une entreprise doit renoncer à une partie de la valeur de ses créances lorsqu'elle les titrise, vendre les créances de cette manière est généralement moins cher pour une entreprise que de contracter un prêt garanti par le flux de trésorerie des mêmes créances.
  • Non-recouvrement : la dette contractée par la société n'est pas inscrite à son bilan.
  • Liquidité : le flux de liquidités dans l'entreprise peut être accéléré, plutôt que d'attendre que les clients paient leurs factures.
  • Isolation du risque : la société isole le risque de non-paiement. Dans chaque lot de créances, il y a généralement des clients qui ne paient jamais. Lorsqu'elle vend les créances, l'entreprise transfère ce risque aux investisseurs.

Quels sont les avantages d'utiliser la titrisation ?

Cela permet à l'entreprise de diversifier ses sources de financement et d'accéder directement au marché financier de manière sûre sans engagement pour financer des montants importants. Par ailleurs, elle offre un moyen d'alléger le bilan en transformant votre portefeuille clients en une valeur sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour votre développement.

La titrisation améliore aussi la déconsolidation comptable en augmentant la liquidité du bilan.

Autre avantage, cela permet d'effectuer une opération de financement en toute discrétion, car les clients ne sont pas informés de la cession des factures.

Pour terminé, vous conservez la maîtrise de vos relations avec vos clients grâce à une meilleure gestion du risque financier.

La titrisation se prête bien aux ralentissements cycliques du secteur des entreprises et au resserrement des liquidités des banques. Le financement engagé garanti fourni contre des créances à court terme permet aux entreprises d'avoir un accès continu au financement même lorsqu'elles subissent des pertes et que les banques ne sont plus disposées ou capables de prêter de l'argent par d'autres moyens.

Quels sont les inconvénients ?

  • L'investisseur assume le rôle de créancier.
  • Risque de défaillance sur les créances.
  • Le remboursement anticipé nuit au rendement de l'investisseur. Un remboursement anticipé réduira les rendements que l'investisseur reçoit des intérêts sur les obligations sous-jacentes.
  • Manque de transparence concernant les avoirs.

Prenons un exemple simplifié du fonctionnement de la titrisation, imaginez une entreprise ayant 100 000 euros de créances impayées. Cette société pourrait attendre des jours, des semaines ou des mois pour que ses clients paient, mais elle a besoin de liquidités dès maintenant. Elle crée donc des titres à court terme garantis par les flux de trésorerie de ces créances et vend ces titres à des investisseurs pour 96 000 euros. L'entreprise reçoit cet argent d'avance. Lorsque ses clients finissent par payer, l'argent ne va pas à l'entreprise, mais aux investisseurs. La différence entre ce que les investisseurs paient pour les titres et l'argent qu'ils finissent par percevoir est leur retour sur investissement.

Quel est la différence entre l'affacturage et la titrisation ?

Avec l'affacturage, l'entreprise cède ses créances à un tiers l'affactureur. Celui-ci paye jusqu'à 90 % du montant des créances et se charge ensuite d'effectuer le recouvrement des factures en assumant ainsi le risque de non-paiement.

Avec la titrisation, la société reçoit la totalité de l'argent dû par ses clients, même si ces derniers ne paient pas. En effet, les créances d'une entreprise peuvent être transformées en titres à court terme qui sont ensuite vendus à des investisseurs pour un prix inférieur à leur valeur nominale afin de permettre un retour sur investissement. L'entreprise reçoit immédiatement son argent, et lorsque les clients finissent par payer, les investisseurs récupèrent leur propre argent. Si, parmi les créances en cours, une partie de la dette n'est pas recouvrée, ce sont les investisseurs qui assument ce risque, et non la société qui a émis les titres. La titrisation est donc mieux adaptée aux grandes entreprises qui traitent des montants importants de créances.


Définition et lexique sur l'affacturage



Le lexique édité par le site Affacturage.fr comprend des définitions originales protégées par le droit d'auteur. Toute reproduction interdite sans l'autorisation de l'auteur - 2020.